L’ÉCOUTE EN MARCHE

img_0322

Le sens de la marche,

celui qui fait sens

celui qui fait que,

la marche appelle la marche

inlassablement

pour ne pas sombrer dans l’immobilité

ne pas se fermer les oreilles

ne pas se couper du monde

même s’il est parfois cruel

prendre son pied

en allant de l’avant

toujours

encore

en corps

chercher ce qui m’émeut

chercher ce qui me meut

ambulator auditor

walker listener

et inversement

l’effet piétonnier

pour ne pas piétiner

ou pas trop

pour fuir l’étiolement

évincer la sclérose

chercher du calme

au pas à pas

en ouvrant les écoutilles

les synapses pieds oreilles

comme moyen de transportage

comme moyen de transpartage

la semelle légère

et l’oreille amène

comme un embellissement du monde

comme un apaisement du monde.

 

 

BANC D’ÉCOUTE MULTIMODAL INTÉRIEUR

GARE AUX OREILLES !

Un soir, vers 20H, milieu janvier, Gare de Vaise à Lyon. Temps neigeux.

maxresdefault

Les frimas hivernaux venus, je teste un banc d’écoute intérieur, dans un espace qualifié de multimodal, une gare urbaine en fait.
À ma droite, quelques mètres en dessous, invisible, la fosse d’un métro.
À  ma gauche un couloir de bus, lesquels scandent l’espace aux rythmes de leurs arrêts/départs.
Un peu en dessus, à gauche également, sur un talus, la voix ferrée Lyon/saint-Etienne.
Devant et derrière moi, un long couloir, ponctué de bancs, qui distribue les piétons usagers vers les différents modes de transports.
C’est donc un véritable point stratégique d’écoute, qui se centre au cœur d’un nœud urbain où alternent sans cesse  différents flux motorisés, chacun laissant derrière lui une traine/trace sonore bien spécifique.
Le lieu est baigné, comme il se doit avec ce type d’espace public, d’une musique de fond type « variété française » en tuyau musak. Cette dernière  semble s’interrompre à chaque passage d’une rame de métro, pour ré-émerger de plus belle, inlassablement. Elle est jusque périodiquement masquée.
Des bips incisifs annoncent la fermeture des portes du métro (que je ne vois pas), avant le claquement précédant un départ souligné de sons chuintants, que l’on perd rapidement à l’oreille, happés par le sombre tunnel  métropolitain.
Rythmicités.
Des portes coulissantes fractionnent temporairement l’espace acoustique, interpénétrations dedans/dehors, à la fois de sons, et de courants d’air glacés.
Les lieux sont réverbérants, juste ce qu’il faut pour construire différents espaces et reliefs sonores, où les sensations de profondeurs et de plans permettent à l’écoutant de se positionner au centre d’une scène acoustique riche en volumes spatiaux.
Des cliquetis d’escaliers roulants conversent avec une ventilation persistante,  les clacs et tûts des composteurs de billets, et un ascenseur  tout proche. Mixage.
Des voix, des rires, des cris, multiples, qui s’approchent et s’éloignent sans cesse, brouillées au loin, capturées distinctement dans des bribes de vie intime toutes proches, animant le couloir de d’une volubilité babillarde. La froidure a conduit nombre d’adolescents à transporter leur territoire de jeux et de séduction à l’intérieur.
Tout semble en mouvement, dans une sorte d’orchestration mi-sauvage mi-organisée, et ma foi assez intéressante à entendre.
Il y a des couleurs, des timbres, des dynamiques, des mouvements dans l’espace, des superpositions, des fondues, de brusques coupures… L’oreille y trouve largement son compte, sans pour autant se sentir agressée, noyée, malmenée, ni au contraire esseulée.
Une annonce, par haut-parleurs, prévient parfois que « la prochaine rame ne prendra pas de voyageurs… », avec voix colorée d’un accent méditerranéen un brin exotique dans cette gare lyonnaise.
Le lieu mérite une écoute prolongée. Pour sûr, on ne s’y ennuie pas.
De nouveaux rires fusent, en écho aux stridulations d’une sirène de police dont le véhicule en chasse déboule sur le couloir de bus.
Finalement, tout semble à sa place, dans une cohérence à la fois agitée et tranquille, selon les épisodes, qui donnent au lieu un air de « déjà entendu » et la fois une sorte de rafraîchissement permanent des ambiances sonores. Lesquelles sources me paraissent séquencées par un compositeur qui manierait avec finesse et dextérité les sons urbains.
Gare aux oreilles !

POINTS D’OUÏE – L’ÂME DU PAYSAGE SONORE

Le paysage sonore a t-il une âme ?

Si nous partons d’une problématique, comme une forme de définition philosophique, qui consisterait à chercher ce que pourrait être l’âme d’un paysage sonore, on peut se demander a priori quel éventuel souffle viendrait l’animer, au sens premier du terme ? En bref, qu’est-ce qui pourrait lui donner vie, lui transmettre une forme d’existence tangible, au delà de l’idée, du concept.
Je perçois bien, au travers la multitude des particules sonores incarnant un environnement audible, une organisation des choses entre elles, même si elle peut sembler relativement chaotique. Des tensions, des détentes, des nappes, des acmés, toute une évolution sonore qui rythme l’instant, la journée, la saison, qui fait qu’une coloration acoustique, toujours en mouvement, irise mes espaces de vie, de travail, de loisirs… Les sons s’agencent, se frottent, résistent, mais au final, finissent par s’entendre sur un déploiement de matières organiques, résiduelles ou conceptuelles, qui viennent asseoir ma perception de l’espace, recentrée entre mes deux oreilles.
Dans la vallée de haute montagne, sur les quais d’un port du bord de mer, dans la forêt profonde, au cœur de la cité, ces agencements, ces organisations mouvantes, seront bien différentes. Les sources et couleurs sonores, les tessitures, les dynamiques, les effets acoustiques intrinsèques aux topologies, dessineront des espaces non pas homogènes, mais en tout cas suffisamment spécifiés pour qu’une forme de reconnaissance, un brin rassurante pour l’oreille, s’installe.
Au-delà et dans des myriades de variations, le paysage sonore peut prendre corps.
Comme l’âme d’un village, d’une vallée, d’une usine, peuvent se déceler dans une sorte sensation d’appartenance, liée à une vie bien réelle, parfois quiétude, parfois inquiétude, celle d’un paysage sonore y  trouve également sa place. Ce dernier participe vraisemblablement à l’élaboration d’un terreau social cohérent, ou se cherchant des cohérences . Sans doute glisse t-on là vers la reconnaissance d’un territoire sonore, en partie lié à un existant domestiqué et reconstruit, sonorités y compris.
Installer un jeu de cloches carillonnant au cœur de la cité, ou au sommet d’un village, n’est pas un geste anodin, pas plus qu’édifier un kiosque à musique au cœur du parc municipal.
L’âme d’un paysage, c’est aussi, ce qui en fait un cadre singulier, avec des spécificités, celles qui vont favoriser un ensemble de sensations, de représentations, de perceptions, comme autant d’éléments moteurs dans l’entretien, voir la survie même d’un paysage sonore, en tout cas d’un espace auriculaire vivant et vivable..
Comment se sentira t-on, s’entendra t-on, selon les endroits, les époques, les événements, dans des des lieux spécifiques ? Comment t’entends-tu avec ta ville ?

Un paysage sonore, s’il est trop malmené, laissé en déshérence, peut-il perdre son âme ?

L’âme d’un  écoutant est -elle sereine, tourmentée, a-ton du bleu à l’âme, ou celle d’un poète, comment se sent-on face à un tourbillon sonore ayant tendance, dans cette période de forte urbanisation, à connaître une expansion parfois violente et plus ou moins contrôlable.
Bien sûr, tous ces agencements sonores, ces stratifications, ces concrétions, naturels ou fabriqués, voire contre nature, sont souvent bien aléatoires. Vents et grondements du tonnerre n’en font qu’à leur tête, et nous n’avons finalement, nous autres humains, que peut de prise sur la vie « sauvage », même si nous participons grandement à la modifier, pour le meilleur et souvent hélas, pour le pire.
L’infinie variété des ambiances sonores semblent bien mues par un système organique, quasi anthropomorphique, répondant à des stimuli, naturels ou humains, secoués de soubresauts, apaisés de silence, parfois.
Ces organisations sonores sont sans doutes en partie agencées par notre propre écoute, et surtout notre propre pensée, dans la volonté de cerner, de comprendre, de se rassurer, voire de se protéger des flots sonores incessants qui nous baignent à chaque instant. La construction d’un paysage sonore nous permet de donner vie (âme = anima = vie) à un flux de matières intangibles, mouvantes, immersives, pouvant selon les moments, nous baigner de belles sensations, ou nous noyer dans un tourbillon asphyxiant.
L’âme d’un paysage, y compris envisagée comme une forme de vie sonore, est empreinte des respirations du lieu. Encore cette évidence d’un inspire et d’un expire sans qui la vie ne se développerait pas. Il faut qu’un site respire, et que nous puissions, autant que faire se peut, mettre notre respiration en harmonie, pour  nous y sentir un tant soit peu en phase. Envisageons ces respirations comme des formes primaires de vie sonore. Si ces dernières sont trop haletantes, elles nous essouffleront l’écoute, l’attention, la pensée, dans une surenchère, une excroissance maladive. Si ce souffle, cette respiration sont trop ténus, teintés d’atonie, le mouvement de vie sera par trop amoindri, manquera d’allant, de fraîcheur, de vie en somme. Ces métaphores reliant souffle et son, mais la vie ne commence t-elle par un cri qui libère la vie grâce l’arrivée d’air dans nous poumons, instant crucial, nous font espérer un paysage sonore qui prolongerait métaphoriquement et physiquement la quiète sécurité du bain amniotique initial.

Paysages sonores avez vous une âme ?
Certes oui, celle que nous nous efforçons, à grand renfort de cris et de silences, de vous confectionner, et sans doute, bon gré mal gré, de construire selon nos propres modes de vie, avec des énergies positives, comme avec des carences et dysfonctionnements récurrents.
L’essentiel étant peut-être, de ne pas rester sourds aux états d’âme du paysage. Il est en grande partie ce que nous en faisons, parfois en notre âme et conscience, parfois, souvent, en parfaite inconscience.
Conserver l’âme d’un lieu, c’est garder suffisamment de recul, pour éviter que trop de choses n’échappent à notre écoute, et en partie à notre maîtrise, dans une chaotique hégémonie sonore qui rendrait invivable, inhabitable, impraticable, tout espace public.

POINTS D’OUÏE, SÉQUENCE URBAINE

Séquence de ville rythmique

ma-ville-la-nuit

Nuit tombée,

dans une rue assez calme,

bordée d’une voie ferrée,

en hauteur…

Passage d’un train,

assez court,

plaintes aiguës de freins,

sur deux tons,

à la quarte,

cliquettements,

martèlements saccadés,

rythmes caractéristiques,

éloignement rapide,

extinction,

un instant de calme,

trois jeunes femmes me croisent,

bottes à talons hauts,

beaux claquements,

ainsi d’autres rythmes,

sur l’asphalte cette fois-ci,

nouvel instant de calme,

quatre voitures passent,

assez lentement,

chuintements sur le sol mouillé,

encore un instant de calme,

puis,

une personne,

avec une valise à roulettes,

petit grondement,

saccadé par la marche,

un klaxon au loin,

comme une ponctuation…

Si je voulais composer, un paysage sonore,

à partir de rythmes urbains,

celui-ci serait parfait !

Rien à retoucher !

Juste,

le saisir sur le vif !

POINTS D’OUÏE, UNE EXPÉRIENCE LIÉE À L’ART RELATIONNEL ?

INTERACTIONS ET PRATIQUES RELATIONNELLES  ?

Durant une série de promenades, formations, rencontres, dans la belle province de Québec, nous avons récemment, avec Jocelyn Fiset, un ami artiste et directeur d’un centre d’art autogéré, le GRAVE , à Victoriaville, discuté de ma pratique sonore à l’aune de ce que l’on nomme parfois l’art relationnel.

Nicolas Bouriaud a d’ailleurs longuement développé le concept d’esthétique relationnelle.

Je questionne ici le projet Points d’ouïe pour tenter, sans doute en partie, de mieux définir, ou redéfinir, les spécificités et finalités de l’action, à l’aune donc d’une approche relationnelle.

Points d’ouïe a t-il du sens sans ses actions in situ, partagées de concert avec un public invité ou embarqué ?

Il me semble bien que non. Une des raisons d’être du projet réside dans le geste, l’action, le fait de confronter son écoute, son corps, ses pratiques, à un territoire donné, et de le partager avec d’autres écoutants.  Le faire est ici primordiale, il amène à de nouveaux plaisirs, mais aussi à de nouvelles consciences, celles de l’espace, de pratiques sociales, vers de nouvelles réflexions sur des problématiques en prise directe avec le terrain et ses usagers, passagers, résidents… Le faire ensemble est beaucoup plus pertinent que l’action isolée. Il soude une expérience partagée entre des participants, les aide à développer une énergie communicative, à se mettre en synergie les uns les autres, il contribue à embarquer vers de nouveaux territoires auriculaires.

Points d’ouïe existe t-il encore sans une proposer une réelle interactivité, une sorte d’espace exploratoire ludique, confrontant public et territoires/paysages sonores ?

La question est, avouons le, orientée pour  répondre par la négative. Il faut que l’artiste, tout comme les écoutants embarqués, déclenchent, par leurs gestes, leurs postures, leurs pensées, des réponses paysagères singulières. Il faut que ces réponses-mêmes induisent d’autres gestes et que ces gestes à leur tour enclenchent… L’interactivité n’est pas ici appuyer sur un bouton, passer sous le champ d’un capteur pour déclencher quelque chose. L’interaction, ce sont les nombreux et incessants dialogues et échos qui nous relient à un site, à des ambiances, à une superposition de couches paysagères, acoustiques, hétérotopiques. On ne peut pas se couper de ces réalités, décalages, frottements, de ces aller-retours entre hommes et lieux, provoqués notamment par la marche. Marcher, c’est provoquer des symbioses, des résistances, synthoniser ses sens en les excitant dans d’incessants réajustements, face à l’imprévu du territoire. La sérendipité convoque une interaction qui nous fait écrire des parcours sans cesse renouvelés, chemins de travers, bifurcations, impasses parfois, nouveaux départs… Bref, une interactivité qui enrichit fortement le projet, voire le maintient tout simplement crédible et vivant .

Points d’ouïe contribue t-il a tisser des relations interpersonnelles, à poser une réflexion concernant et impliquant une communauté d’écoutants, via ses relations avec différents espaces sonores ?

Là encore, une évidence s’impose. Ce qui est recherché, au-delà d’un plaisir immédiat, d’une sensibilisation à des problématiques esthétiques, écologiques, sociales, c’est bien aussi une émulation issue de ce qui va se passer entre les participants eux-même, avec l’artiste compris, qui va lui, tenter de catalyser ces énergies. Des énergies d’écoutes, des propositions qui ne viennent pas que de l’artiste, mais aussi d’individus réunis par une marche, un désir de partager un moment singulier, inhabituel, fabriqué de concert. Ce sont les regards, les sourires, des instruments ou objets qui passent de mains en mains, un dialogue qui clôt l’action en permettant d’évoquer ses ressentis, ses frustrations, ses gènes, ses plaisirs.

Le relationnel est au cœur de l’action, et l’artiste, en tout cas celui que je suis, fait tout pour qu’il en soit ainsi ! Un parcours n’est pas une chose inanimée, écrite de façon définitive et sans retour. Un geste d’écoute, une pensée, sont influencés par le terrain, mais aussi par les réactions contagieuses, rhizomatiques, d’un groupe, qui va se construire ses propres connivences, ses propres codes, même fragiles et éphémères, au fil des déambulations, des auscultations, des conversations… Points d’ouïe est un espace d’échange interconnecté entre le lieu, les sons et les écoutants, les artistes et tous ceux qui se laissent embarquer dans l’aventure. Points d’ouïe n’existe que par ses relations tissées de connivences et de partages. Le couper de ses bases relationnelles fait de lui une coquille vide, dénuée de sens, et qui somme toute n’a plus de raison d’être. Le Monde appartient à ceux qui l’écoutent, de concert bien sûr.

POINTS D’OUÏE, AUTRES APPROCHES

POINTS D’OUÏE, AUTRES APPROCHES

Une point d’ouïe, comme un point de vue, n’engage a priori, que celui qui le propose, qui le définit, qui le défend, qui le partage…

Néanmoins, un point d’ouïe qui ne serait partagé que par un seul écoutant n’aurait pas grande valeur.

Un point d’ouïe se partage, dans ses approbations comme dans ses contradictions, dans ces acceptations comme dans ses réticences.

Un point de vue n’est pas donné, dans une spontanéité universelle, acquise d’emblée par tout une communauté d’écoutants. Il se conquiert, parfois de haute lutte, parfois avec une ferme ténacité, nécessaire pour travailler dans un long terme.

Un point d’ouïe est rarement uniforme, monobloc et d’emblée saisissable dans une intégrité évidente. Il superpose des couches sonores qui, selon les degrés de perceptions, les cultures, les postures, les disponibilités de l’instant d’écoute, les moments, les lumières, les accidents et aléas divers… constitue une matière sonore en perpétuelle recomposition. C’est une sorte de magma acoustique vivant, à la fois identifiable et sans cesse mouvant – magma qui parfois laisse percevoir une entité semblant  stable, solide, offerte aux oreilles sans trop d’effort, et à d’autres moments qui parait se matérialiser et de dématérialiser  sans cesse, comme une série d’ombres fuyantes, vibrantes, floues et éthérées.

Un point d’ouïe est un lieu de rencontre où regard, écoute et paroles se rejoignent, pour partager des paysages à construire et à vivre en commun, ne serait-qu’un instant d’écoute.

POINT D’OUÏE – PARCOURS D’ÉCOUTE AU MUSICA KLANKENBOS DE NEERPELT (BE)

La Marche comme une philosophie introspective, une poétique de vivre

Aristote emmenait ses disciples, les péripapéticiens, écouter son enseignement en marchant dans le quartier du Lycée à Athène. Jean-Jacques Rousseau, dans ses Rêveries d’un promeneur solitaire, entamait au sein de ses errances philosophiques une ultime réflexion inachevée. Il y questionnait ses relations avec les hommes, quitte à régler quelques comptes, et se remettait lui-même enquestion. Sa vie, ses passions, la liberté, le bonheur, la contemplation, la nature…. tout cela au gré d’une série de promenades.
Chaque promenade, parfois plus symbolique, métaphysique, que physique, soulevait une ou plusieurs questions philosophiquesexacerbées par une déambulation aux travers des paysages réels ou mentaux. Nombre de grands penseurs, tels Kant, Nietche, Gandhi, De Certeau… ont prôné la marche comme un acte favorisant l’exerciceintellectuel, la méditation, l’introspection, la résistance politique, dans des postures mentales plus ou moins erratiques, mais néanmoinsle plus souvent des plus fertiles.On peut penser à Arthur Rimbaud, « ce marcheur forcené » comme le définissait Marcel Proust, ou l’homme au semelles de vent selon Verlaine qui franchit le Saint – Gothard à pied, dans de très rudes conditions hivernales, écrivant ce faisant une correspondance (la lettrede Gênes) où L’esprit rimbaldien touche à son apogée, avant la grande rupture de l’Orient… « Rien que du blanc à songer, à toucher, àvoir ».
Sur un autre mode poétique plus doux, Jacques Réda, écrivain passionné de musique et de jazz, compose ses rêveries poétiquesurbaines au fil de L’herbe des pavés, en promeneur solitaire contemporain à la pensée inspirée et vivifiée par la déambulation au pas àpas. On pourrait ainsi multiplier les exemples de marcheurs qui, dans la nature ou en ville, exacerbent leurs réflexions intellectuelles, philosophies, poétiques, en mettant, dans tous les sens du terme, leur pensée en marche. C’est en prenant le temps de progresser aurythme de la marche, au pas à pas, que nous nous enrichirons de ces états de rêverie et de réflexion nées lors de nos déambulations pédestres.

Des marches sonores, démarches sonores

Signalétique et consignes d’écoute sur le parcours du Klankebos – Musica à Neerpelt (BE -Limbourg)
La marche sonore ou la promenade écoute est le fait de marcher dans le but d’écouter, de s’imprégner des paysages sonores, d’en jouir,et sans doute de les comprendre un peu plus finement, intimement, dans leurs fonctionnement, et constitue un geste performatif. Ce dernier est aujourd’hui reconnu dans le champ des arts sonores, parfois dans la sous-catégorie Sound Ecology, ou Acoustic Ecology,que l’on pourrait traduire ici en français par écologie sonore, soit une approche sonore environnementale, à la fois scientifique, sensible, esthétique.
 Au-delà des approches écologiques et artistiques, nous nous interrogerons sur des postures d’écoute impliquant des approches intellectuelles qui construisent, au-delà du simple fait d’écouter, des modes de perceptions et de prospections mentales, résultant d’interactions marche/écoute/environnement. La marche sonore induit des postures telles la rêverie, l’errance et la dérive, notamment la dérive inspirée de celle des situationnistes de Guy Debord, mais aussi à l’opposé, les repères sécurisants du trajet, du parcours, de l’itinéraire tracé, physique ou mental. Construire du territoire, de la pensée, des méthodes, des outils d’analyse, des cartes, du plaisir… l’écoute en marche joue par ses stimuli sensoriels un rôle des plus actif.
La marche sonore, instrument d’analyse et de construction du territoire
Outre la jouissance sensorielle, le plaisir lié à l’esthétique du paysage sonore, la marche constitue un outil d’analyse, de prospection, deconstruction, voire de modélisation d’un territoire. En marchant, on peut faire un état des lieux de ses sources sonores, des choses à entendre qui disparaissent au fil des saisons ou des transformation du territoire, de celles qui apparaissent, ou réapparaissent, des modifications subites ou progressives des ambiances auriculaires d’un site. Dans une promenade, on repérera différents lieux avec leurs caractéristiques propres, leurs effets acoustiques, leurs « couleurs » et ambiances.En effectuant différents parcours, urbains ou naturels, on pourra ainsi comparer plusieurs paysages sonores, ceux où l’on se sent bien, ceux où l’on se sent moins bien, voire-même agressé par certains bruits trop fortement omniprésents, hégémoniques. L’exercice répété de ces promenades nous donnera une oreille très sensible aux sons, nous permettant d’écouter attentivement de grands espaces comme des micro-bruits. Cette expérience fournira au promeneur-écoutant une faculté d’analyse accrue d’un paysage àl’oreille. Au-delà des mesures quantitatives, du nombres de décibels enregistrés, on pourra juger des qualités et défauts d’un territoire enanalysant ses environnements sonores spécifiques. Parfois, je me suis associé, comme un promeneur écoutant, à des paysagistes, architectes, urbanistes, pour faire entrer dans les études d’aménagement l’analyse qualitative de l’environnement sonore comme un critère important dans la construction d’un espace public. Penser un espace en chantier comme un territoire que l’on écoute aussi, où le confort de l’oreille, comme celui de la vue doit être envisagé en amont de l’aménagement permettra peut-être d’éviter certains dysfonctionnements paysagers où l’environnement sonore devient source de pollution et non de plaisir comme il devrait l’être. Une oreille avertie, entraînée devrait quasiment systématiquement être associée au regard de l’aménageur pour ne pas, une fois les aménagements réalisés, constater leurs dysfonctionnements sonores. On pourrait ainsi réduire la pose de murs anti-bruit tentant de« soigner » un environnement déséquilibré à l’écoute, si l’on prenait en compte en amont l’exigence d’une qualité de l’écoute comme un véritable facteur esthétique, mais aussi social et culturel.
In – Gilles Malatray – Des Arts Sonnants – Parcours d’écoute Musica Klankenbos – Neerpelt – Décembre 2011
Carte géotaguée des points d’ouïe – Parcours d’écoute au Klankenbos – Musica à Neerpelt (BE Limbourg)

Lire le dossier complet sur Academia (téléchargeable)