TERRITOIRES SONORES PRÉEXISTANTS

PAYSAGES SONORES SANS ARTIFICES

 

15020675381_aef4ea1eb4_z

En avançant dans le temps, et dans mes expériences, je me forge des affinités de plus en plus marquées avec les territoires sonores que j’appellerai ici préexistants. Ce sont ceux que je parcours des pieds et de l’oreille, et que j’ai envie de défendre et de protéger tels qu’ils sont. Tels qu’ils sont, c’est ne rien leur ajouter qui pourrait les dénaturer, les altérer, les rendre plus touffus, plus opaques, moins lisibles, et sans doute moins naturellement beaux en quelque sorte, car plus artificiels.
Ce qui me parait important aujourd’hui, ce n’est pas tant d’installer de nouveaux sons dans des espaces qui parfois en ont à foison, mais plutôt d’installer les conditions d’écoute pour les apprécier à leur juste valeur, y compris dans une certaine forme de fragilité parfois désarçonnante.
Que ce soit par la marche, l’expérimentation de postures d’écoutes collectives, l’invitation calligraphique, le décalage perceptif s’appuyant sur différentes formes d’écritures transmédiales, les mobiliers urbains érigés en postes  d’écoute, l’inauguration de points d’ouïe… il s’agit pour moi de construire une « œuvre d’écoute » composée pour et dans la sphère auriculaire préexistante.
Je ne souhaite pas forcément surimposer une trace sonore personnelle, fut elle ponctuelle et éphémère, mais plutôt tenter d’offrir à l’écoutant potentiel, des moments de plaisirs partagés, liés au cadre d’écoute-même, sans artifice ajoutés.

904389_694132547263810_836298549_o

Publicités

PAYSAGE SONORE, UN PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL ?

PAYSAGE SONORE, UN PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL ?

000836981

Ce questionnement s’est posé à moi suite à un colloque/atelier, organisé par la ville de Lyon, autour du patrimoine. Lyon étant largement reconnue comme une ville ayant de nombreux atouts pour faire valoir ses attraits patrimoniaux, comme en témoigne le centre historique et la colline de la Croix-Rousse, qui sont en effet classés au Patrimoine Mondiale de l’humanité par l’UNESCO.
L’un des ateliers était d’ailleurs consacré au patrimoine culturel immatériel, et l’un des aspect abordé fut celui du sonore, et particulièrement du paysage sonore. Cet intéressant atelier suscita je dois dire, pour moi en tous cas, plusieurs questions auxquelles je n’ai d’ailleurs pas la prétention de répondre clairement ici, mais qui en tout cas alimentent une réflexion concernant le versant patrimoniale de la chose sonore.
Un paysage sonore est-il patrimoine, ou tout au moins peut-il ou devrait-il être patrimonialisable ? Si oui, est-il forcément patrimoine immatériel ? Sur quels critères et d’après quelles définitions ? Où commence et où s’arrêtent les limites d’un éventuel paysage patrimoine sonore immatériel ?

La notion de patrimoine, depuis longtemps, et de différentes façons selon les époques, les lieux, les politiques mises en place, se traduit par la volonté de sauvegarder, de conserver, de protéger, de valoriser des éléments significatifs, remarquables, emblématiques d’une culture locale. Au départ, il s’agissait essentiellement des constructions architecturales, monumentales, de sites bâtis, châteaux, cathédrales, pyramides, cité fortifiées…
Progressivement, l’UNESCO, à l’échelon mondial, à élargi le classement à des sites, parfois naturels, montagneux ou maritimes.
Puis est apparue il y a quelques années la notion de patrimoine culturel, et enfin, début des années 2000, celle de patrimoine culturel immatériel.

Citons l’UNESCO «  Ce que l’on entend par « patrimoine culturel » a changé de manière considérable au cours des dernières décennies, en partie du fait des instruments élaborés par l’UNESCO. Le patrimoine culturel ne s’arrête pas aux monuments et aux collections d’objets. Il comprend également les traditions ou les expressions vivantes héritées de nos ancêtres et transmises à nos descendants, comme les traditions orales, les arts du spectacle, les pratiques sociales, rituels et événements festifs, les connaissances et pratiques concernant la nature et l’univers ou les connaissances et le savoir-faire nécessaires à l’artisanat traditionnel.
Bien que fragile, le patrimoine culturel immatériel est un facteur important du maintien de la diversité culturelle face à la mondialisation croissante. Avoir une idée du patrimoine culturel immatériel de différentes communautés est utile au dialogue interculturel et encourage le respect d’autres modes de vie.
L’importance du patrimoine culturel immatériel ne réside pas tant dans la manifestation culturelle elle-même que dans la richesse des connaissances et du savoir-faire qu’il transmet d’une génération à une autre. Cette transmission du savoir a une valeur sociale et économique pertinente pour les groupes minoritaires comme pour les groupes sociaux majoritaires à l’intérieur d’un État, et est tout aussi importante pour les pays en développement que pour les pays développés… »*
Voici donc posé quelques définitions autour de ces inventaires et classements patrimoniaux.
En ce qui concerne le paysage sonore, je me demande donc, suite à sa convocation dans le colloque,  comment il s’inscrit, ou non, ou partiellement, dans cette catégorisation qui pose apparemment certains problèmes récurrents. Notons entre autre ceux de trop, ou de ne pas assez définir les champs de ce que l’on peut englober pour que ce PCI soit suffisamment riche sans pour autant devenir un fourre-tout qui délayerait l’idée, voire l’existence même du patrimoine.
Prenant une des définitions premières du paysage, il s’agit de représenter, avec un cadrage personnel, subjectif, une portion d’environnement, au départ visuel. Gravure, dessin, peinture, bas-relief, photographie, vidéo, ont donc contribué à fixer des parcelles traces, mémoires, mais aussi œuvres esthétiques, représentant des portions de territoires. Ajoutons cela cela l’écrit et, plus tardivement, le magnétophone, en ce qui concerne le son. Cette idée de construction mentale, même si elle se veut parfois trace fidèle, se révèle donc bien teintée ici d’une certaine immatérialité.
De même, le Paysage sonore tel que l’a posé et théorisé Raymond Murray Schaffer, espace d’écoute, terrain d’analyse, écosystème fragile, parfois malmené, pollué, en même temps que terrain esthétique, musical, reste bien encore ancré dans un concept forgé de toute pièce par la pensée de l’écoutant musicien théoricien. Cette construction nous amène jusqu’à la préconisation d’une écologie sonore, nécessaire à maintenir la qualité des espaces acoustiques, et à rechercher ainsi une belle écoute.
Malgré ces positions plutôt intellectuelles, que l’on pourrait donc classer dans des formes pensées de patrimoine immatériel, il n’en reste pas moins que le son, en tout cas les sources sonores, sont bien physiques, vibratoires. Vibrations de l’air, de matières, d’objets, de molécules, de cordes, à l’origine. Vibrations de membranes/tympans, d’osselets, de cavités, de liquides pour ce qui est de la perception auditive. Donc dans tous les cas, un paysage sonore ne peut exister sans écoutant, et qui plus est sans écoutant qui le considère et le qualifie comme paysage sonore. Il n’existera d’ailleurs pas non plus sans l’excitation matérielle, la mise en vibration de particules, phénomènes réellement physiques.
C’est d’ailleurs dans ces passages de la matière, du geste, au concept, que la notion de patrimoine immatériel met parfois celui qui use de ce classement, dans une situation relativement instable, devant l’ambiguïté des définitions, du passage parfois délicat de la chose physique à sa représentation, à sa conceptualisation.
Durant le colloque, un exemple donné, typiquement lyonnais, illustrait bien cette situation parfois difficile à cerner. L’UNESCO a en effet classé le repas gastronomique lyonnais comme patrimoine culturel immatériel. Il faut pour cela que le dit repas comporte un apéritif, une entrée, un plat de viande et/ou de poisson, un accompagnement de légumes, du fromage, un désert et un digestif, rien que cela ! De préférence avec de bons produits, frais, locaux pour certains, une cuisine traditionnelle raffinée, et qui réunisse autour de la table une communauté de gourmands pour un bien manger et bien boire.
A priori, ces repas, banquets, sont éminemment matériels, la nourriture et l’action de manger, de boire, jusqu’aux calories qui en découlent, constituent des éléments pour le moins solides. Pourtant, par un glissement de la matière, du geste, vers une forme de tradition ritualisée, la dématérialisation s’effectue intellectuellement, ramenant le repas à une sorte de concept ritualisé, même si le fait de consommer un repas gastronomique est loin d’être, autour de la table, un simple concept, ou un simple rite gourmand.
Mais revenons au paysage sonore.
Dans sa représentation forcément cadrée, il faut bien trouver une limite au paysage qui n’est en aucun cas infini. Le paysage sonore, comparé au visuel, suppose alors de jouer avec des limites mouvantes et sans cesse à reconsidérer. En effet, si l’on peut cadrer un paysage visuel dans un champs bien défini, avec des plans, arrière-plans et horizons fixes, il n’en va pas de même pour le paysage sonore. Ce dernier se construit sur une majorité de hors-champs, sources sonores invisibles, qui élargissent et rétrécissent sans cesse le cadre d’écoute, en fonction des événements auriculaires. Ces hors-champs seront bien différents si, pour rester dans un cadre lyonnais, l’écouteur se poste sur le parvis de Fourvière, vaste panoramique surplombant la ville, ou dans l’intimité resserrée d’une cour intérieure de traboule ponctuant la colline de la Croix-Rousse. Les champs sonores continueront certes d’être toujours en mouvement, mais dans des proportions Oh combien différentes !
Sans vouloir redéfinir toutes les composantes du paysages sonores, cela a déjà été fait par ailleurs, tentons néanmoins de voir maintenant qu’est ce qui, à l’instar d’un Château de Versailles ou d’un site de terrils miniers du Nord, pourrait faire patrimoine dans le paysage sonore. Quelles seraient les sonorités ou ambiances singulières, emblématiques culturelles…? Le son du vent dans des branchages et des chants d’oiseaux en contrepoint sont-ils susceptibles d’être mentionnés, ou classés comme patrimoine culturel immatériel ?  Rien n’est moins sûr, et je dirais même que j’en doute fort !
Par contre si un recentrage sur les chants d’oiseaux font qu’ils deviennent terrain de recherche, de captations, matières à étude pour un ornithologue ou audionaturaliste, sujet de conservation, veille territoriale autour d’écosystèmes fragiles, menacés, le problème se posera alors bien différemment, et sans doute rentra t-il dans une forme de patrimoine vivant.
Il y a quelque années, ACIRENE (Association de Création d’Information pour l’Écoute d’un Nouvel Environnement) avait initié, sur le territoire sud bourguignon et par la suite haut jurassien, un projet nommé Perséphone. Il s’agissait de mettre en place un observatoire des paysages sonores, selon un protocole de captation et d’échantillonnage sonore d’un territoire et d’à long terme. Le but étant de recenser différentes typologies de paysages sonores, et de voir comment elles évoluaient au fil du temps, en fonction notamment des aménagements qui venaient plus ou moins les chambouler. Un territoire assimilait-il ou non de nouvelles sonorités liées aux infrastructures routières par exemple, conservait-il un certain équilibre acoustique ou connaissait-il une certaine saturation, de nouvelles nuisances ? Nous étions bien dans ces études de terrain dans une idée d’observation, voir de sauvegarde de territoires sonores parfois fragiles et malmenés sans vraiment de concertation ni d’études d’impact en préalable aux aménagements. On pouvait voir de véritables richesses sur des terrains naturels, richesses bioacoustiques menacées. En clair des patrimoines naturels vivants, paysages sonores en danger, et on n’était pas ici dans de l’immatériel, mais dans des cas de figures bien concrets. Cette action a d’ailleurs été suivi d’un autre projet d’inventaire lié aux paysages sonores remarquables du PNR du Haut-jura, où l’approche auriculaire tendait a travailler sur des identités fortes et singulières d’un territoire à portée d’oreilles. Valorisation, tourisme culturel, volonté de sauvegarder des espaces acoustiques, de mettre en lumière des savoir-faire tels que l’art campanile, l’ensonnaillement des troupeau… Nous étions bien là dans une démarche d’inventaire culturelle et patrimonial.** Notons d’ailleurs que presque trente ans après son départ, cette recherche/action se poursuit encore in situ.
Mentionnons également que d’autres inventaires ont eu lieu dans différents sites tels de la Communauté de communes du Creusot/Monceau-les mines/Montchanin, la vallée blanche à proximité de Chamonix, le Vieux Lyon quartier Saint Jean… et que trois colloques ont été organisés autour de ces thématiques à l’écomusée du Creusot, château de la verrerie.
D’autres cas de figures existent, où la chose sonore peut devenir objet patrimonial. Citons les enregistrements de paroles mémorielles, où le média son est très utilisé pour garder la trace de différentes mémoires. Nicolas Frize*** a d’ailleurs beaucoup travaillé sur ces approches consistant soit à recueillir des témoignages d’acteurs ayant travaillé dans tel ou tel secteur industriel, soit à enregistrer des ambiances d’usines, de machines, de métiers à tisser, de chaines robotisées, sachant qu’a l’heure de l’explosion numérique,  la technologie évoluant très rapidement, beaucoup de sonorités se transforment radicalement, disparaissent et apparaissent. Nous avons bien ici à faire à de véritables patrimoines culturels, dont l’immatérialité passe par le fait qu’ils se réfèrent à des actions passées, des traces mémorielles.
Parlons aussi de certains savoir-faire ou traditions sonore relevant incontestablement du champ patrimonial. En premier lieu l’art campanaire, installations sonores en espace public, objet musical, social, sources d’information à certaines époques, symbole religieux, représentation de puissance… la cloche est un patrimoine bien vivant, même si régulièrement contreversé, voire combattu dans sa verve sonore. Les inventaires campanaires convoquent des approches esthétiques, historiques, sociologiques, anthropologiques, où religions et savoir-faire des maîtres saintiers, des campanistes, des bâtisseurs tissent un tissu d’une forte valeur patrimoniale. Les cloches sont des objets d’études, des symboles et phares auditifs musicaux, tissant des territoires sonores unifiant, ou divisant, selon les cas, pouvant être médiatisées, voire si nécessaire protéger, sauvegarder.
Il en va de même, dans d’autres savoir-faire ancestraux, telles les pratiques de l’ensonnaillement des troupeaux en milieux montagneux. Ces musicalisations des troupeaux bovins, caprins ou ovins, outre les fonctions de repérage dans les pâturages en alpages non parqués, sont aussi composés comme des entités sonores singulières, musicale, où l’esthétique de l’ensonaillement contribue à mettre en avant son propre troupeaux par rapport à celui du voisin, mais aussi à faire sonner le paysages, à réveiller ses réverbérations, ses échos… Autre culture, autre savoir-faire, autre expression d’un patrimoine sonore lui aussi parfois mis à mal par l’intolérance de néo ruraux ayant du mal à partager pas les cultures locales.
Et l’on pourrait sans doute écrire encore beaucoup de choses autour de ce sujet qu’est le patrimoine sonore, tels ceux concernant les langues, dialectes, patois et autres idiomatismes constituant à souder des cultures locales, complexes.
Alors patrimoine ou non patrimoine sonore ? Tout dépend évidemment du statut de l’objet, de son histoire, de ses implantations culturelles, géographiques, et sans doute de la façon de le penser, de l’étudier dans un ou plusieurs champs. La cloche**** objet de fonderie, objet religieux, livre d’information à ciel ouvert, repère spatio-temporel, objet musical, symbole de pouvoir, parfois véritable fossile sonore qui nous font entendre quasi intacts des sons de plusieurs siècles, encore vivants… Patrimoine incontestable, tout à la fois immatériel dans son histoire, voire ces sonorités, et matérielles dans leur existence physique et vibrante.
L’ambiguïté de l’immatériel persiste donc dans la façon de considérer une pensée, un concept, un rite, une philosophie, et parfois les objets bien matériels qui y sont liés. Le paysage sonore n’échappe d’ailleurs pas à ces interrogations.
Notons que dans le classement de l’UNESCO, ni le paysage sonore en tant que tel, ni l’art campanaire ne sont pas (encore ?) référencés.

* Sources site UNESCO – http://www.unesco.org/culture/ich/fr/qu-est-ce-que-le-patrimoine-culturel-immateriel-00003
** http://www.acirene.com/recherche.html
*** http://www.nicolasfrize.com/textes.php

**** https://www.librairieleneuf.fr/livre/1231418-regards-sur-le-paysage-sonore-le-patrimoine-c–sous-la-direction-de-thierry-buron-agnes-barru–actes-sud

POINTS D’OUÏE, INTERSECTIONS

À LA CROISÉE DES CHEMINS D’ÉCOUTE

un-pieton-heurte-par-le-train-brest-morlaix-decede

 

Inviter des structures, des institutions et des publics, à explorer de nouveaux paysages sonores,  parcourir la ville comme la campagne en considérant ces milieux comme de véritables espaces auriculaires esthétiques, ne sont pas de simples gestes artistiques.
Aborder et raconter de nouveaux territoires d’écoute, c’est partager des lieux de vie par l’oreille, aménager de vraies et sincères relations humaines, entrevoir des approches écologiques, sociales, patrimoniales… C’est privilégier la diversité des approches, postures, façons de faire, d’entendre et de faire entendre collectivement.
Mes Points d’ouïe et paysages sonores partagés sont des leviers actionnant une forme de militantisme lié à l’aménagement du territoire, à la valorisation d’espaces aussi beaux que fragiles, à  la constitution d’un ensemble de traces – outils , mis à le disposition de l’habitant, de l’artiste, du chercheur, de l’enseignant, du politique, de l’aménageur…
Je tente de me tenir à la croisée des chemins d’écoute, là où les choses les plus incertaines, les plus fluctuantes, les plus passionnantes, peuvent voir le jour.

ob_5c3506_10174824-782212408455823-7671149165075

PAYSAGES SONORES INSTALLÉS – INSTALLED SOUNDSCAPES

« Paysage sonore installé » – Scène d’écoute au naturel

 

CHAISES ÉCOUTE

En chantier – « Paysage sonore installé » – Écoute au naturel
In progress – « installed Soundscape » – Natural Listening


—————————————————-

Saisir l’esprit du lieu

De l’oreille j’entends

L’écouter pour cela

L’arpenter pas à pas

Puis l’écouter encore

Faire naître l’envie

Voyage immobile

Dénicher les singularités

Inscrire les décalages

A défaut les construire

Installer le paysage,

Paysage sonore

Paysage exposé

Cadre d’écoute

Points d’ouïe encore

Sans rien ajouter d’autre

Si ce n’est proposer

Ce que l’on écoute pas forcément

Ou jamais comme ça

Le quotidien sublimé

Mettre en scène l’écoute

Posture partagée

Scène acoustique collective

Et l’auditeur au centre

 

6a00d8341c630a53ef0133f2d953c1970b

 

Mots clés : Point d’ouïe,paysage sonore, installation, écoute, posture, partage, scénophonie

Tags : Sweet spot, soundscape, installation, listening, posture, listening sharing, scenophony

 

casa-munras-hotel-spa

 

« Paysage sonore installé » @desartsonnants
« installed Soundscape » @desartsonnants

APPEL À CONTRIBUTIONS – RACONTEZ CE QUE VOUS ENTENDEZ

RÉCITS DE PAYSAGES SONORES

IMG_2656

Un paysage sonore comme le support, ou comme l’acteur d’un récit….

C’est la question principale qui me préoccupe actuellement. Comment le raconter, le partager, le transmettre ? Par des mots, des images, des sons… ?

Sémiologie et narratologie sont convoquées pour construire et instruire le récit.
Je recherche de l’aide, des coopérations, des expériences, de la matière.

Vous avez envie de dire ou d’écrire un, ou des paysage(s) sonore(s) ? Je vous invite cordialement à le faire. Par écrit, ou enregistrement audio – n’enregistrez pas un paysage, mais vous commentant/ décrivant un paysage (sonore). Pas de format imposé; texte libre, sans contraintes.

Si cette idée résonne ou trouve écho en vous : desartsonnants@gmail.com

Merci par avance aux généreux donateurs.

 

TRACES D’ÉCOUTE ET ÉCOUTES TRACÉES

PAYSAGES SONORES, HISTOIRES DE TRACES, TRACES D’HISTOIRES

 

IMG_7200

Crédit photo – Yuko Katori – CRANE Lab

 

Appréhender un paysage, quel qu’il soit, c’est prendre très vite conscience de l’importance de la trace, de des traces, au sens large du terme. Ces traces plurielles, matérielles ou immatérielles, empreintes, marques ou marqueurs physiques, qui constituent souvent l’essence première de ce qui subsistera en mémoire, sont intrinsèquement liées au paysage, d’autant plus si celui-ci est abordé dans sa composante sonore.
La trace, ou l’ensemble de traces, sont ici comme un corpus documentant et précisant des actions aussi simples que le fait de marcher, d’arpenter, pour ressentir le paysage, notre paysage en l’occurrence. On peut en effet penser que la compréhension, même parcellaire, d’un paysage, se fait pour beaucoup dans une approche perceptive, sensorielle, sensible, propre à chacun, et que l’analyse, la formulation, la théorisation ne viendront qu’après le rencontre physique avec le terrain. Tout au moins peut-on espérer qu’il en soit ainsi.
Promeneur écoutant, je sors mes oreilles prêtes à cueillir, accueillir des sons, des ambiances, des sensations, et prêtes également à les emmagasiner dans un coin de mon esprit, de façon plus ou moins prégnante, ou volatile, selon ce qui sera advenu lors de mon parcours exploratoire.
La trace sera donc ici mémorielle, infiniment personnelle, peut-être totalement et volontairement tue, cachée aux autres, si je ne la relate pas à autrui, oralement, scripturalement. Cependant, si je décide de partager, de vive voix , par des mots, des signes, des écrits, des décrits, des graphismes ou autres signes, de transmettre des expériences vécues sur le terrain d’écoute, je donnerai à la trace mémorielle. j’assoirai une existence tangible, qui pourra se diffuser, s’incarner, prendre corps en donnant plus de consistance, de matérialité, à l’abstraction d’un paysage sonore aussi volatile qu’intangible. Rémanences…
Coucher des mots décrivant des ambiances, des couleurs sonores, des ressentis, même les plus intimes donc les plus subjectifs sera pour moi une autre façon de donner vie à des paysages sonores, et je l’espère de donner envie à d’autres de les visiter, à leurs façons, tout en prêtant une oreille plus respectueuse à l’entour.
Pour d’autres, la trace, le rendu passeront par le graphisme, le dessin, l’image. Créer une image, voire une imagerie sonore, peut s’avérer un projet passionnant, qui favorisera, avec ou par la trace, une approche transmédiale, à la limite de la synesthésie peut-être. Je n’aime pas, pour ma part, trop cloisonner et séparer les médium, hiérarchiser les sens, disant qu’un tel est asservi par un autre, ou sous-exploité, et que tel autre est dominateur, hégémonique… C’est un discours que j’ai certes tenu, voire défendu, à une époque, et dont je me méfie beaucoup aujourd’hui, de par son côté radical et dichotomique. Je préfère maintenant convoquer une forme de trace plutôt œcuménique, dans l’esprit, où le dialogue inter-sensoriel s’appuie d’avantage sur une entente, une synergie, que sur une confrontation.
Pour en revenir aux formes traçables, traçantes, l’enregistrement audio est bien évidemment un outil qui semble incontournable, même si je n’ai pas commencé par citer ce dernier. Il faut savoir qu’au au fil des ans, je suis  devenu quelque peu méfiant et parfois réticent à construire l’essentiel, l’essence d’un paysage sonore, autour du seul, ou principal média qu’est le son. Paradoxe? J’ai en effet été très souvent déçu de ses limites, en tous cas de celles de l’enregistrement, à retranscrire les singularités, les finesses, les changements, les espaces, les beautés, et tout ce que j’avais perçu à l’oreille. Tout d’abord, l’état d’esprit du moment, la disposition, l’humeur pourrait on dire, sont autant de facteurs colorant la perception, influant sur notre ressenti, nos sentiments, in situ, dans l’instant, et restent globalement étrangers à ce que capte, assez froidement, le magnétophone. Mais justement, ne cherche t-on pas une forme de neutralité objective ? Parfois, la réécoute s’avère en différé très décevante. On pensait avoir ramené une petite perle sonore, un moment de ravissement, et on ne retrouve pas du tout la magie du moment. On pensait retrouver des sensations fortes, et on ne les entends plus.
Sans compter les limites intrinsèques de la technique qui, même avec le meilleur matériel, l’usage de techniques binaurales, multicanales, et le savoir-faire du preneur de son, n’arrivent pas encore à retranscrire la fine complexité de l’environnement sonore à portée d’oreilles. Je me montre sans doute un peu trop méchant avec la trace phonographique, car pour autant, le magnétophone reste pour moi un outil incontournable pour collectionner et conserver, archiver, voix, cloches, fontaines et autres sources et ambiances multiples.
Les traces enregistrées peuvent être des constituantes de formes d’échantillonnages, de catalogages, de collections indexées et documentées, d’observatoires, d’inventaires, de données propres à définir des typologies singulières de paysages sonores, selon les travaux d’Aciréne**. Vaste sujet qui devrait faire l’objet d’un article spécifique.
Voir également le formidable projet cartographique Aporee***.
D’autre part, et dans une posture bien différente de l’approche raisonnée et quasi protocolaire précédemment abordée, qui viserait à analyser des formes types de paysages sonores, on peut envisager l’approche d’un paysage qui serait plus proche de « l’idée qu’on en a », de l’impression que l’on a conservé dans un coin de sa tête. Il s’agirait sans doute de penser et retranscrire ce que l’on aimerait entendre, ce que le paysage auriculaire nous inspire, plutôt que de chercher une véracité – mais laquelle et pour qui ? – position qui reste une expérience exaltante, à défaut d’être objective. L’artiste s’offre ainsi le ainsi droit de partager des choses qu’il a revisité, transformé par son écoute, ses gestes, ses postures, ses a priori, ses doutes, ses propositions… Et il en assume le fait en toute subjectivité, tout au moins en ce qui concerne l’auteur de cet article ! Emboîter son pas, suivre ses traces, ce n’est pas assurément rechercher une vérité stricte, encore moins une certitude absolue, mais explorer les traces de multiples paysages gigognes possibles, à défaut d’être tout à fait  prévisibles. Hétérotopies, uchronie ? Le paysage sonore étant ce qu’il est, toujours en recomposition, son après son, couche après couche, il convient de se garder, même dans la trace a priori figée, ou fixée, pour reprendre une expression de Michel Chion*, une marge d’incertitude. Nul chemin d’écoute, nul paysage, même jalonné, reconstruit et mémorisé par de multiples traces, n’est jamais tracé de manière définitive. Chacun promeneur écoutant défriche, ou déchiffre, réécrit, et raconte  sa propre histoire, au gré parfois de sinueux chemins de traverse. Chaque parcours se fera singulier, selon les visiteurs auditeurs qui s’y engouffreront, oreilles ouvertes à l’aventure sonique. La trace participe activement à l’écriture sonore, notamment à l’écriture de paysages sonores. Jeux de l’ouïe pour ne pas tout à fait perdre la trace – Signes de piste et jeux de traces pour ne pas tout à fait perdre l’écoute, ou l’entendement.

IMG_7198

Crédit photo – Yuko Katori – CRANE Lab

 

* L’art des sons fixés – Michel Chion – Metamkine/Nota Bene/Sono-Concept, 104 p.

** Aciréne – http://www.acirene.com/recherche.html#ancretitre2

** Aporee – http://aporee.org/maps/

#desartsonnants

MUSÉE DE L’ENVIRONNEMENT ET DU PAYSAGE SONORE

MUSÉE DE L’ENVIRONNEMENT ET DU PAYSAGE SONORE

CULTURE, PATRIMOINE, TOURISME, ART

12510520_1134932063183854_493811992667129011_n

Savez-vous que nous pouvons visiter ensemble le musée de l’environnement et du paysage sonore, chez vous, tout simplement ?

Demandez moi, vous entendrez !

desartsonnants@gmail.com