LA FABRICATION DE PAYSAGES SONORES

CONSTRUIRE COLLECTIVEMENT DU PAYSAGE SONORE INOUÏ

 

12801486_10153490749817362_5667022214967968738_n

Lorsque j’ai décidé, Desartsonnants à l’appui, de mettre en place le projet « Points d’ouïe et paysages sonores partagés », je pensais alors qu’il s’agissait de construire des outils de lecture pour appréhender le(s) paysage(s) sonores(s). Je m’aperçois aujourd’hui que les véritables objectifs étaient autres, sans que je ne m’en soit douté au départ, et qu’ils m ‘apparaissent maintenant, à l’aune des actions de terrain,  sous leur véritable jour. Il ne s’agit pas en effet, de prime abord, de donner des clefs de lecture explicitant les paysages sonores, mais plutôt de fabriquer ces derniers de toutes pièces. Leur fabrication se faisant notamment via le regard et l’écoute des publics embarqués dans l’aventure, qui ne se doutent pourtant pas qu’ils sont eux-même engagés comme des bâtisseurs de territoires sensibles auriculaires.
Il ne s’agit pas pour autant de tenir ces participants à l’écart des visées du projet, de ne pas les informer du rôle essentiel qu’ils y tiennent, mais, bien au contraire, de leurs faire prendre conscience de leurs capacités à construire collectivement des paysages sonores inouïs, quasiment ex nihilo.
Cette perspective, ou tout au moins ce nouvel éclairage du projet, ne fait que renforcer mon appétit à le faire évoluer, et à le partager avec d’autres écoutants potentiels, afin de fabriquer de nouveaux paysages sonores partagés.
C’est ainsi que je concilie l’action de défendre et de valoriser des environnements sonores fragiles, menacés, posture écologique, et la part de rêve  liée à l’approche esthétique d’une  écoute sensible élargie, posture artistique.

PAYSAGES SONORES EN RÉCITS ANECDOTIQUES

RÉCITS – TRACES

 

25254124531_94d0a7d7dd_k

 

Les détails, les anecdotes, les courts récits, ce qui peut paraître anodin, trivial, sans importance, constituent, sans doute ce qui, à la lumière de l’expérience, de la trace/mémoire, feront qu’un paysage sonore prendra véritablement corps.

LYON – PRINTEMPS

Des oiseaux, nombreux, prolixes, réveillés par les prémices d’un printemps proche, la douceur installée, pépient aux quatre coins d’un espace urbain bariolé de sons. La ville se redéploie à l’oreille dans moult ponctuations avicoles, spots rythmiques, toniques et enjoués. L’espace se révèle, autrement, plus joliment capricieux que jamais. La ville s’en trouve, tout comme l’oreille, ragaillardie, subtilement enrichie, réchauffée par l’approche d’un printemps qui s’annonce à l’écoute.

AMPLEPUIS – FIN D’AUTOMNE
Matin gris, doux et calme. les chuintements des feuilles mortes ont cessé sur
la terrasse, épuisés d’un vent cessant, comme une pluie sèche et tarie au sol,
flux automnal qui se serait évaporé…
Le village s’ébruite lentement, cloches encore endormies.
La maisonnée s’étire dans le vrombissement d’objets réchauffants, le fond
sonore est calme…

LYON – ÉCOUTE ET GOUTTES
Lyon, quartier Perrache, vers 23 heures, en rentrant d’un concert, une pluie
très dense, violente, soudaine… Un pont – tunnel de chemin de fer, assez long
car juste avant la gare de Perrache, donc un abri idéal. Des gouttes d’eau, à
l’entrée, et au milieu, offrant tout une gamme percussive de clapotis
réverbérés à souhait.. Un magnifique concert acousmatique naturel. La ville de
nuit, sous la pluie, sous un pont à l’acoustique ad hoc, un moment somme
toute rare, privilégié, à savourer sur place !

LYON A L’IMPROVISTE
Aujourd’hui, trois heures de déambulations urbaines et lyonnaises
consécutives. Une errance auraient dit les situationnistes. Beaucoup de
dénivelés, de petites rues, passages, escaliers, places… Beaucoup de sons, de
couleurs, de rumeurs, de surprises (un clocher carillonnant la Marseillaise, un
défilé militaire puis une manifestation sociale dans la foulée), de formes, de
perspectives, de points de vue, de points d’ouïe, d’ambiances… Une bonne
fatigue et l’impression d’avoir assimilé un peu plus l’esprit de ma ville, et par
extension, de bien d’autres cités ou lieux. Le sentiment également que plus
j’arpente et ausculte des paysages au quotidien, plus ils m’échappent en se
ramifiant dans d’infinies déploiements et subtilités. Cette impossibilité, ou
improbabilité, d’en embrasser l’essentiel, d’en faire le tour, même a minima,
est d’ailleurs plutôt réjouissante tant elle me laisse d’attrayantes perspectives.

MONS – POINTS D’OUÏE
Différentes ambiances acoustiques à Mons, aujourd’hui vers 14 heures. Le bas
de la ville est un gigantesque chantier, un grand lifting pour Mons Capitale
culturelle 2015, avec tous les sons qui vont avec. Pelles mécaniques, camions
et marteaux piqueurs s’en donnent à coeur joie, alors que le piéton en
chaussures de ville effectue un vrai parcours du combattant entre sable et
pavés.
Sur le haut de la ville, la grande place inondée de soleil s’agite joyeusement.
Les terrasses font recette, les conversations vont bon train, un saxophoniste
vient jouer, assez bien du reste, des airs rétros, en se posant à quelques
mètres de moi. Et toujours le grand jet d’eau en fond. Je profite de la scène
assis sur un plot de béton, au centre de toute cette frivole effervescence. Le
grand jet quand à lui, a d’ailleurs perdu de sa rythmicité. Il reste bloqué sur un
jet haut et continu qui écrase un peu trop le paysage, visuellement et
auriculairement, alors qu’auparavant, il effectuait tout un cycle, variant
l’intervention des jets, leurs hauteurs, dans différentes temporalités
rafraîchissantes, si j’ose dire…
J’emprunte ensuite la grande rue où là, c’est la Muzac qui anesthésie en partie
l’écoute, malgré la diversité et la richesse des voix et des ambiances
résonantes rencontrées. Pour échapper à cette invasion de très mauvais goût,
je m’engouffre au coeur d’une galerie marchande, dans un passage couvert,
lieu animé de belles réverbérations, où les conversations et autres modestes
sonorités prennent juste ce qu’il faut de présence et de couleurs. Hélas, il faut
ressortir de ce petit oasis acoustique pour retrouver l’agression d’une radio
commerciale, infligée sans discernement ni mesure à l’oreille de tout un
chacun… Dommage qu’une des rues principales de la ville, qui pourrait se
révéler très belle à l’oreille, se voit ainsi acoustiquement dévalorisée, voire
même franchement dégradée !

LYON – ENTRE DEUX PORTES
J’adore les portes coulissantes automatiques. Celles que l’on trouve dans les
sas d’entrées des bâtiments publics, des grandes surfaces, dans des halls et
salles d’attente des gares par exemple. J’aime me tenir à proximité de ces
objets rythmiques, de ces zones tampons, qui parfois forment un sas
intéressant par ses doubles cloisons mobiles. Ce ne sont pas tant les propres
sonorités des portes qui retiennent le plus mon attention, même si elles sont
parfois très originales et intéressantes, ce sont plutôt les effets rythmiques et
dynamiques d’ouverture fermetures, de coupures, d’atténuations, de jeux
intérieur/extérieur qui sont pour moi remarquables. Le passage aléatoire de
personnes entrant ou sortant modifie constamment l’ambiance sonore des
lieux, élargissant ou refermant le paysage à l’oreille, mettant en avant les sons
de l’intérieur, ou ceux de l’extérieur, créant une chambre de subtiles mixages
en fondus enchainés plus ou moins rapides… Deux espaces publics se frottent,
s’interpénètrent au gré des va-et-vient des portes. L’oreille est parfois confinée
dans un intérieur spécifique, parfois aspirée vers un extérieur qui lui donne de
nouvelles perspectives, de nouveaux champs (chants) d’écoute, un espace
sonore en mouvement. Dans un PAS-Parcours Audio Sensibles, il y a des points
d’ouïe très riches, presque incontournables, entre fontaines, espaces
résonnants, événements festifs et des entre deux portes…

VILLEURBANNE – ÉCOUTE PANORAMIQUE – TOITS TERRASSES
Villeurbanne, sur le toit Terrasse de la colossale mairie venant barrer
l’emblématique quartier des Gratte-Ciel, dans une architecture post
stalinienne. Temps ensoleillé, et belle lumière hivernale. D’incroyables
perspectives visuelles quasi aériennes, le centre ville à nos pieds. Une douce
rumeur de laquelle se détache de multiples sons de voix, musiques du marché
de Noël, voitures (non envahissantes). Un exemple archétype d’équilibre
son/image, de la proximité au lointain, d’un surplombant où les sons montent
sereinement vers nous.

VILLEURBANNE – ECOUTE UNDERGROUD – PARKINGS SOUTERRAINS
Villeurbanne encore. Niveau – 7 d’un parking souterrain. Aucune
voiture à cet étage ce jour là. Grondement des ventilations. Incroyables
résonances de chaque sources sonores s’enroulant autour d’une immense
rampe hélicoïdale bétonnée. Une pénombre minérale qui renforce cette
ambiance véritablement underground.

ORLÉANS – FLUX AQUATIQUES – LA LOIRE EN FURIE
Orléans un jour pluvieux et très Fraîchement humide. La Loire en crue
sauvage gronde ! Des bancs la surplombant nous offrent un point de vue-point
d’écoute où le forts courant des eaux plaque sur les quais un continuum sonore
impressionnant. La lumière comme l’eau est grise et vibrante. Rarement je
n’aurais entendu grogner si fort un fleuve sous un ciel d’un gris sourd et
menaçant. Paysage d’un pays de Loire souvent assez serein mais ici tourmenté
entre nuages pluies et eaux tumultueuses.

MADAGASCAR – VILLE MARCHÉ
Madagascar, Tananarive, quartier d’Anakelele, plein centre ville, fin d’après-midi,
une belle et chaude journée d’hiver (tropical). Un immense escalier
descendant d’une colline, et remontant sur une autre en vis à vis. Dans
l’escalier, une foule de marchands, de promeneurs, de passants. Au bas, un
gigantesque et tentaculaire marché à ciel ouvert et dans des allées couvertes,
le tout bruyamment coloré et teinté d’une myriade d’odeurs enivrantes.

 

TERRITOIRES SONORES PRÉEXISTANTS

PAYSAGES SONORES SANS ARTIFICES

 

15020675381_aef4ea1eb4_z

En avançant dans le temps, et dans mes expériences, je me forge des affinités de plus en plus marquées avec les territoires sonores que j’appellerai ici préexistants. Ce sont ceux que je parcours des pieds et de l’oreille, et que j’ai envie de défendre et de protéger tels qu’ils sont. Tels qu’ils sont, c’est ne rien leur ajouter qui pourrait les dénaturer, les altérer, les rendre plus touffus, plus opaques, moins lisibles, et sans doute moins naturellement beaux en quelque sorte, car plus artificiels.
Ce qui me parait important aujourd’hui, ce n’est pas tant d’installer de nouveaux sons dans des espaces qui parfois en ont à foison, mais plutôt d’installer les conditions d’écoute pour les apprécier à leur juste valeur, y compris dans une certaine forme de fragilité parfois désarçonnante.
Que ce soit par la marche, l’expérimentation de postures d’écoutes collectives, l’invitation calligraphique, le décalage perceptif s’appuyant sur différentes formes d’écritures transmédiales, les mobiliers urbains érigés en postes  d’écoute, l’inauguration de points d’ouïe… il s’agit pour moi de construire une « œuvre d’écoute » composée pour et dans la sphère auriculaire préexistante.
Je ne souhaite pas forcément surimposer une trace sonore personnelle, fut elle ponctuelle et éphémère, mais plutôt tenter d’offrir à l’écoutant potentiel, des moments de plaisirs partagés, liés au cadre d’écoute-même, sans artifice ajoutés.

904389_694132547263810_836298549_o

ATELIERS PÉDAGOGIQUES LAND ART ET ÉCOLGIE SONORE

FINALISATION DU PROJET « LAND’ART ET ECOLOGIE SONORE » LORS DU STAGE DU 19 – 20 – 21 MARS 2014

LYCÉE AGRICOLE JEANNE ANTIDE DE REIGNER (74)

 

des-artssonnants.jpgeureka.jpg

Suite à des précédentes visites, parcours land’art à la ferme de chosal, visite de l’exposition Fra Angélico au lycée St Michel à Annecy, suite à l’expérimentation des ateliers Art de l’Ecoute animés par Nathalie Misiak formée à la méthode François Louche, les élèves de terminale Bac Pro Vente en Animalerie ont pu concrétiser leurs expériences au sein d’un stage de 3 jours conduit par Gilles Malatray Des artsonnants et l’enseignante en ESC, Régine Degioanni.
La classe des TCVA2 accueille Gilles Malatray pour vivre une initiation à la création sonore et environnementale.
A travers sa profession de paysagiste et de musicien, Gilles Malatray allie les 2 domaines.
L’idée de ce projet a été de concevoir des constructions à base de matériaux de récupération, détournés ou naturels, en lien avec l’écoute des lieux, d’inviter à travers des indications/injonctions les promeneurs à écouter ou provoquer des sons, de mettre en éveil une écoute de l’environnement sonore empli de sonorités quotidiennes qui pourraient passées inaperçues.
En amont, les 19 élèves ont pu découvrir quelques réalisations grand format ou petit format créées par Desartsonnants, aborder quelques notions de lecture de l’image, de créations sur matériau naturel, de peinture, de réalisations musicales, de notions telle le Field recording, land ‘art lors des cours d’ESC.
L’écoute a été stimulé courant janvier 2014 par les interventions de Nathalie Misiak lors des ateliers de l’Art de l’Ecoute méthode François Louche.
Les capteurs sensoriels ont pu être activés et recevoir toutes ces informations intellectuellement et sensoriellement.
Neufs de ces expériences, les élèves ont redécouvert le lycée : ausculté la sonorité de ses matériaux, de ses espaces avec leurs capteurs sensoriels et aussi à l’aide de stéthoscopes: la table de ping pong, l’eau sur les pierres de la fontaine, le vent sur une paroi….

p1030878.jpgp1030886.jpgp1030887.jpgp1030888.jpg
Chacun des 3 groupes a choisi un lieu et réalisé une production visuelle et sonore selon l’écoute et les matériau disponibles: bambou, intérieur de néon, cerceaux, pomme de pin pour le mouvement en collier, parasol comme support, mobile lumineux, clochettes, galets, hamac …
Trois jours pour percer, clouer, entrecroiser, scier, coller, creuser, fixer, défaire, refaire, changer de matériau, trouver le bon outil, préciser le geste… construire des invitations signalétiques autour de ces réalisations et offrir au public collégien et lycéen la possibilité de faire sonner, regarder, gratouiller, écouter le lieu, mais aussi au public de la porte ouverte du 22 mars 2014 qui a été invité à parcourir les 3 oeuvres collectives:

Les arcs en eau qui tintinnabulent au-dessus de la mare en rythme avec la fontaine.Le métal découpé vient répondre au miroitement de l’eau, les bambous attrapent le vent et murmurent quelques contes aux poissons, premiers auditeurs de nos compositions. Leurs visites régulières  et tranquilles, à fleur d’eau, semblent nous indiquer que leur habitat n’est  pas  dérangé.

p1030898.jpgp1030914.JPGp1030926.jpgp1030933.jpgp1030935.jpgp1030947.jpgp1030961.jpgp1030962.jpgp1030970.jpgp1030975.jpgp1030976.jpg

Les arbre à sons et à lumière que dame nature invite à faire sonner délicatement au dessus du self. Ici l’endroit est venté et les carillons d’aluminium et de perles se mettent en écho avec les bâtiments.
Les CD tournoient, miroitent dans l’herbe, animent cet espace plutôt brut.

p1030896.jpgp1030907.jpgp1030909.jpgp1030921.jpgp1030923.jpgp1030924.jpgp1030937.jpgp1030945.jpgp1030907.jpgp1030909.jpgp1030921.jpgp1030923.jpgp1030956.jpgp1030964.jpgp1030969.jpgp1030982.jpgp1030983.jpgp1030984.jpgp1030986.jpg

Zen Song qui allie discrètement au sein de la cour, la pierre et le bambou.
Le visiteur est invité à faire rouler des cailloux dans le creux des bambous, à entrechoquer les pierres, à jouer avec le «bambouphone ».
Les sonorités sont fines et se posent délicatement sur cet espace, il faut tendre l’oreille; un stéthoscope est à disposition pour ausculter la matière comme on écoute un rythme cardiaque.

cour-avant-embelissement.jpgp1030891.jpgp1030905.jpgp1030928.jpgp1030929.jpgp1030930.jpgp1030942.jpgp1030950-copie.JPGp1030959-copie.JPGp1030967-copie.JPG
Nous remercions Gilles Malatray pour son intervention, le Conseil Régional pour son financement dans le cadre du dispositif Eurêka, thème club culture et le lycée pour son soutien logistique.

Sources de l’article, Lycée Jeanne Antide de Reigner (74)

PAYSAGE SONORE, UN PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL ?

PAYSAGE SONORE, UN PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL ?

000836981

Ce questionnement s’est posé à moi suite à un colloque/atelier, organisé par la ville de Lyon, autour du patrimoine. Lyon étant largement reconnue comme une ville ayant de nombreux atouts pour faire valoir ses attraits patrimoniaux, comme en témoigne le centre historique et la colline de la Croix-Rousse, qui sont en effet classés au Patrimoine Mondiale de l’humanité par l’UNESCO.
L’un des ateliers était d’ailleurs consacré au patrimoine culturel immatériel, et l’un des aspect abordé fut celui du sonore, et particulièrement du paysage sonore. Cet intéressant atelier suscita je dois dire, pour moi en tous cas, plusieurs questions auxquelles je n’ai d’ailleurs pas la prétention de répondre clairement ici, mais qui en tout cas alimentent une réflexion concernant le versant patrimoniale de la chose sonore.
Un paysage sonore est-il patrimoine, ou tout au moins peut-il ou devrait-il être patrimonialisable ? Si oui, est-il forcément patrimoine immatériel ? Sur quels critères et d’après quelles définitions ? Où commence et où s’arrêtent les limites d’un éventuel paysage patrimoine sonore immatériel ?

La notion de patrimoine, depuis longtemps, et de différentes façons selon les époques, les lieux, les politiques mises en place, se traduit par la volonté de sauvegarder, de conserver, de protéger, de valoriser des éléments significatifs, remarquables, emblématiques d’une culture locale. Au départ, il s’agissait essentiellement des constructions architecturales, monumentales, de sites bâtis, châteaux, cathédrales, pyramides, cité fortifiées…
Progressivement, l’UNESCO, à l’échelon mondial, à élargi le classement à des sites, parfois naturels, montagneux ou maritimes.
Puis est apparue il y a quelques années la notion de patrimoine culturel, et enfin, début des années 2000, celle de patrimoine culturel immatériel.

Citons l’UNESCO «  Ce que l’on entend par « patrimoine culturel » a changé de manière considérable au cours des dernières décennies, en partie du fait des instruments élaborés par l’UNESCO. Le patrimoine culturel ne s’arrête pas aux monuments et aux collections d’objets. Il comprend également les traditions ou les expressions vivantes héritées de nos ancêtres et transmises à nos descendants, comme les traditions orales, les arts du spectacle, les pratiques sociales, rituels et événements festifs, les connaissances et pratiques concernant la nature et l’univers ou les connaissances et le savoir-faire nécessaires à l’artisanat traditionnel.
Bien que fragile, le patrimoine culturel immatériel est un facteur important du maintien de la diversité culturelle face à la mondialisation croissante. Avoir une idée du patrimoine culturel immatériel de différentes communautés est utile au dialogue interculturel et encourage le respect d’autres modes de vie.
L’importance du patrimoine culturel immatériel ne réside pas tant dans la manifestation culturelle elle-même que dans la richesse des connaissances et du savoir-faire qu’il transmet d’une génération à une autre. Cette transmission du savoir a une valeur sociale et économique pertinente pour les groupes minoritaires comme pour les groupes sociaux majoritaires à l’intérieur d’un État, et est tout aussi importante pour les pays en développement que pour les pays développés… »*
Voici donc posé quelques définitions autour de ces inventaires et classements patrimoniaux.
En ce qui concerne le paysage sonore, je me demande donc, suite à sa convocation dans le colloque,  comment il s’inscrit, ou non, ou partiellement, dans cette catégorisation qui pose apparemment certains problèmes récurrents. Notons entre autre ceux de trop, ou de ne pas assez définir les champs de ce que l’on peut englober pour que ce PCI soit suffisamment riche sans pour autant devenir un fourre-tout qui délayerait l’idée, voire l’existence même du patrimoine.
Prenant une des définitions premières du paysage, il s’agit de représenter, avec un cadrage personnel, subjectif, une portion d’environnement, au départ visuel. Gravure, dessin, peinture, bas-relief, photographie, vidéo, ont donc contribué à fixer des parcelles traces, mémoires, mais aussi œuvres esthétiques, représentant des portions de territoires. Ajoutons cela cela l’écrit et, plus tardivement, le magnétophone, en ce qui concerne le son. Cette idée de construction mentale, même si elle se veut parfois trace fidèle, se révèle donc bien teintée ici d’une certaine immatérialité.
De même, le Paysage sonore tel que l’a posé et théorisé Raymond Murray Schaffer, espace d’écoute, terrain d’analyse, écosystème fragile, parfois malmené, pollué, en même temps que terrain esthétique, musical, reste bien encore ancré dans un concept forgé de toute pièce par la pensée de l’écoutant musicien théoricien. Cette construction nous amène jusqu’à la préconisation d’une écologie sonore, nécessaire à maintenir la qualité des espaces acoustiques, et à rechercher ainsi une belle écoute.
Malgré ces positions plutôt intellectuelles, que l’on pourrait donc classer dans des formes pensées de patrimoine immatériel, il n’en reste pas moins que le son, en tout cas les sources sonores, sont bien physiques, vibratoires. Vibrations de l’air, de matières, d’objets, de molécules, de cordes, à l’origine. Vibrations de membranes/tympans, d’osselets, de cavités, de liquides pour ce qui est de la perception auditive. Donc dans tous les cas, un paysage sonore ne peut exister sans écoutant, et qui plus est sans écoutant qui le considère et le qualifie comme paysage sonore. Il n’existera d’ailleurs pas non plus sans l’excitation matérielle, la mise en vibration de particules, phénomènes réellement physiques.
C’est d’ailleurs dans ces passages de la matière, du geste, au concept, que la notion de patrimoine immatériel met parfois celui qui use de ce classement, dans une situation relativement instable, devant l’ambiguïté des définitions, du passage parfois délicat de la chose physique à sa représentation, à sa conceptualisation.
Durant le colloque, un exemple donné, typiquement lyonnais, illustrait bien cette situation parfois difficile à cerner. L’UNESCO a en effet classé le repas gastronomique lyonnais comme patrimoine culturel immatériel. Il faut pour cela que le dit repas comporte un apéritif, une entrée, un plat de viande et/ou de poisson, un accompagnement de légumes, du fromage, un désert et un digestif, rien que cela ! De préférence avec de bons produits, frais, locaux pour certains, une cuisine traditionnelle raffinée, et qui réunisse autour de la table une communauté de gourmands pour un bien manger et bien boire.
A priori, ces repas, banquets, sont éminemment matériels, la nourriture et l’action de manger, de boire, jusqu’aux calories qui en découlent, constituent des éléments pour le moins solides. Pourtant, par un glissement de la matière, du geste, vers une forme de tradition ritualisée, la dématérialisation s’effectue intellectuellement, ramenant le repas à une sorte de concept ritualisé, même si le fait de consommer un repas gastronomique est loin d’être, autour de la table, un simple concept, ou un simple rite gourmand.
Mais revenons au paysage sonore.
Dans sa représentation forcément cadrée, il faut bien trouver une limite au paysage qui n’est en aucun cas infini. Le paysage sonore, comparé au visuel, suppose alors de jouer avec des limites mouvantes et sans cesse à reconsidérer. En effet, si l’on peut cadrer un paysage visuel dans un champs bien défini, avec des plans, arrière-plans et horizons fixes, il n’en va pas de même pour le paysage sonore. Ce dernier se construit sur une majorité de hors-champs, sources sonores invisibles, qui élargissent et rétrécissent sans cesse le cadre d’écoute, en fonction des événements auriculaires. Ces hors-champs seront bien différents si, pour rester dans un cadre lyonnais, l’écouteur se poste sur le parvis de Fourvière, vaste panoramique surplombant la ville, ou dans l’intimité resserrée d’une cour intérieure de traboule ponctuant la colline de la Croix-Rousse. Les champs sonores continueront certes d’être toujours en mouvement, mais dans des proportions Oh combien différentes !
Sans vouloir redéfinir toutes les composantes du paysages sonores, cela a déjà été fait par ailleurs, tentons néanmoins de voir maintenant qu’est ce qui, à l’instar d’un Château de Versailles ou d’un site de terrils miniers du Nord, pourrait faire patrimoine dans le paysage sonore. Quelles seraient les sonorités ou ambiances singulières, emblématiques culturelles…? Le son du vent dans des branchages et des chants d’oiseaux en contrepoint sont-ils susceptibles d’être mentionnés, ou classés comme patrimoine culturel immatériel ?  Rien n’est moins sûr, et je dirais même que j’en doute fort !
Par contre si un recentrage sur les chants d’oiseaux font qu’ils deviennent terrain de recherche, de captations, matières à étude pour un ornithologue ou audionaturaliste, sujet de conservation, veille territoriale autour d’écosystèmes fragiles, menacés, le problème se posera alors bien différemment, et sans doute rentra t-il dans une forme de patrimoine vivant.
Il y a quelque années, ACIRENE (Association de Création d’Information pour l’Écoute d’un Nouvel Environnement) avait initié, sur le territoire sud bourguignon et par la suite haut jurassien, un projet nommé Perséphone. Il s’agissait de mettre en place un observatoire des paysages sonores, selon un protocole de captation et d’échantillonnage sonore d’un territoire et d’à long terme. Le but étant de recenser différentes typologies de paysages sonores, et de voir comment elles évoluaient au fil du temps, en fonction notamment des aménagements qui venaient plus ou moins les chambouler. Un territoire assimilait-il ou non de nouvelles sonorités liées aux infrastructures routières par exemple, conservait-il un certain équilibre acoustique ou connaissait-il une certaine saturation, de nouvelles nuisances ? Nous étions bien dans ces études de terrain dans une idée d’observation, voir de sauvegarde de territoires sonores parfois fragiles et malmenés sans vraiment de concertation ni d’études d’impact en préalable aux aménagements. On pouvait voir de véritables richesses sur des terrains naturels, richesses bioacoustiques menacées. En clair des patrimoines naturels vivants, paysages sonores en danger, et on n’était pas ici dans de l’immatériel, mais dans des cas de figures bien concrets. Cette action a d’ailleurs été suivi d’un autre projet d’inventaire lié aux paysages sonores remarquables du PNR du Haut-jura, où l’approche auriculaire tendait a travailler sur des identités fortes et singulières d’un territoire à portée d’oreilles. Valorisation, tourisme culturel, volonté de sauvegarder des espaces acoustiques, de mettre en lumière des savoir-faire tels que l’art campanile, l’ensonnaillement des troupeau… Nous étions bien là dans une démarche d’inventaire culturelle et patrimonial.** Notons d’ailleurs que presque trente ans après son départ, cette recherche/action se poursuit encore in situ.
Mentionnons également que d’autres inventaires ont eu lieu dans différents sites tels de la Communauté de communes du Creusot/Monceau-les mines/Montchanin, la vallée blanche à proximité de Chamonix, le Vieux Lyon quartier Saint Jean… et que trois colloques ont été organisés autour de ces thématiques à l’écomusée du Creusot, château de la verrerie.
D’autres cas de figures existent, où la chose sonore peut devenir objet patrimonial. Citons les enregistrements de paroles mémorielles, où le média son est très utilisé pour garder la trace de différentes mémoires. Nicolas Frize*** a d’ailleurs beaucoup travaillé sur ces approches consistant soit à recueillir des témoignages d’acteurs ayant travaillé dans tel ou tel secteur industriel, soit à enregistrer des ambiances d’usines, de machines, de métiers à tisser, de chaines robotisées, sachant qu’a l’heure de l’explosion numérique,  la technologie évoluant très rapidement, beaucoup de sonorités se transforment radicalement, disparaissent et apparaissent. Nous avons bien ici à faire à de véritables patrimoines culturels, dont l’immatérialité passe par le fait qu’ils se réfèrent à des actions passées, des traces mémorielles.
Parlons aussi de certains savoir-faire ou traditions sonore relevant incontestablement du champ patrimonial. En premier lieu l’art campanaire, installations sonores en espace public, objet musical, social, sources d’information à certaines époques, symbole religieux, représentation de puissance… la cloche est un patrimoine bien vivant, même si régulièrement contreversé, voire combattu dans sa verve sonore. Les inventaires campanaires convoquent des approches esthétiques, historiques, sociologiques, anthropologiques, où religions et savoir-faire des maîtres saintiers, des campanistes, des bâtisseurs tissent un tissu d’une forte valeur patrimoniale. Les cloches sont des objets d’études, des symboles et phares auditifs musicaux, tissant des territoires sonores unifiant, ou divisant, selon les cas, pouvant être médiatisées, voire si nécessaire protéger, sauvegarder.
Il en va de même, dans d’autres savoir-faire ancestraux, telles les pratiques de l’ensonnaillement des troupeaux en milieux montagneux. Ces musicalisations des troupeaux bovins, caprins ou ovins, outre les fonctions de repérage dans les pâturages en alpages non parqués, sont aussi composés comme des entités sonores singulières, musicale, où l’esthétique de l’ensonaillement contribue à mettre en avant son propre troupeaux par rapport à celui du voisin, mais aussi à faire sonner le paysages, à réveiller ses réverbérations, ses échos… Autre culture, autre savoir-faire, autre expression d’un patrimoine sonore lui aussi parfois mis à mal par l’intolérance de néo ruraux ayant du mal à partager pas les cultures locales.
Et l’on pourrait sans doute écrire encore beaucoup de choses autour de ce sujet qu’est le patrimoine sonore, tels ceux concernant les langues, dialectes, patois et autres idiomatismes constituant à souder des cultures locales, complexes.
Alors patrimoine ou non patrimoine sonore ? Tout dépend évidemment du statut de l’objet, de son histoire, de ses implantations culturelles, géographiques, et sans doute de la façon de le penser, de l’étudier dans un ou plusieurs champs. La cloche**** objet de fonderie, objet religieux, livre d’information à ciel ouvert, repère spatio-temporel, objet musical, symbole de pouvoir, parfois véritable fossile sonore qui nous font entendre quasi intacts des sons de plusieurs siècles, encore vivants… Patrimoine incontestable, tout à la fois immatériel dans son histoire, voire ces sonorités, et matérielles dans leur existence physique et vibrante.
L’ambiguïté de l’immatériel persiste donc dans la façon de considérer une pensée, un concept, un rite, une philosophie, et parfois les objets bien matériels qui y sont liés. Le paysage sonore n’échappe d’ailleurs pas à ces interrogations.
Notons que dans le classement de l’UNESCO, ni le paysage sonore en tant que tel, ni l’art campanaire ne sont pas (encore ?) référencés.

* Sources site UNESCO – http://www.unesco.org/culture/ich/fr/qu-est-ce-que-le-patrimoine-culturel-immateriel-00003
** http://www.acirene.com/recherche.html
*** http://www.nicolasfrize.com/textes.php

**** https://www.librairieleneuf.fr/livre/1231418-regards-sur-le-paysage-sonore-le-patrimoine-c–sous-la-direction-de-thierry-buron-agnes-barru–actes-sud

LA PLASTICITÉ SONORE DE LA VILLE À L’ÉPREUVE DE LA MARCHE

PAS À PAS,  L’ÉCOUTE COMPOSÉE

25320827386_08907a7735_c

PLASTICITÉ
La ville possède intrinsèquement une plasticité sonore
des reliefs
des dynamiques
des creux
des excès
des fondus
des amortissements
des disparitions
des couleurs
des atténuations
des premiers
seconds
arrière-plans

Symbiose – Le son façonne la ville comme la ville façonne le son

 

25228969312_931406dc62_c

RYTHMICITÉ
La marche comme une répétition hypnotique du paysage urbain
un état de conscience entre stimulation et rêverie.
Le corps arpente
prend la mesure
oreille aiguisée
mais aussi la vue
l’odorat,
le toucher
la marche comme une stimulation trans-sensorielle
le pas qui marque le tempo
transitions en tranches de villes
le détail qui s’épaissit
le détail qui construit un sens
pas sens unique
plutôt plusieurs
entremêlés
à choisir
à s’y perdre
directions indécises
Faisceau
rai de lumière
chuintement végétal
odeur d’humus
la marche en tous les sens
urbanique rythmicité
de micro scènes en micro scènes
jusqu’au paysage
peut-être.

 

25254143281_b19414d135_c

PROMENEUR COMPOSITEUR
Faire son chemin
chemin faisant
écrire
en marchant
faire de la ville un clavier
un instrument à vent
des cordes tendues
une percussion composite
une série de caprices
à l’improviste
droit devant
un pas de côté
une oreille en coin
zigzaguant
sautillant
flânant
explorant
errant
selon un itinéraire
en chemin de traverse
suivre les traces du son
les construire
les assembler
le cours d’un fleuve
parcs traversés
marchés vivants
des impromptus
des fils d’écoute
interactions corps sons
interactions sons corps
aller vers
laisser venir
rajouter si besoin
la ville s’entend
ville danse
ville marche – ville musique
silence parfois
ou presque
ruptures et glissements
performance en mode doux
souterrain résonance
succession d’ambiances
traversées à dessein
ou traversées par hasard
rencontres
des hommes
des sons
une ville
des villes
encore
en corps
des villes
plastiques

25228983422_2c4dc4a580_c

APPEL À CONTRIBUTIONS – RACONTEZ CE QUE VOUS ENTENDEZ

RÉCITS DE PAYSAGES SONORES

IMG_2656

Un paysage sonore comme le support, ou comme l’acteur d’un récit….

C’est la question principale qui me préoccupe actuellement. Comment le raconter, le partager, le transmettre ? Par des mots, des images, des sons… ?

Sémiologie et narratologie sont convoquées pour construire et instruire le récit.
Je recherche de l’aide, des coopérations, des expériences, de la matière.

Vous avez envie de dire ou d’écrire un, ou des paysage(s) sonore(s) ? Je vous invite cordialement à le faire. Par écrit, ou enregistrement audio – n’enregistrez pas un paysage, mais vous commentant/ décrivant un paysage (sonore). Pas de format imposé; texte libre, sans contraintes.

Si cette idée résonne ou trouve écho en vous : desartsonnants@gmail.com

Merci par avance aux généreux donateurs.