ALÉATOIRE ET À TRAVERS

caminando_-_walking_-_en_suiza_-_13082006006

Marcher,


Marcher encore,


Marcher toujours,


Si possible,


Emmener,


D’autres marcheurs,


Grossir les rangs,


Partager,


Ou non,


Parcours,


S’immerger,


Dans la ville,


Dans les rues,


Le long des quais,


Dans la proximité d’un territoire à trouver,


Dans les interstices,


Dans la trivialité d’un moment,


De jour,


De nuit,


Entre chiens et loups,


A l’aube,


Dans nulle part,


Ou ailleurs,


Marcher,


S’user,


Urbaniquement parlant,


Déambulation,


Se fondre dans la pierre,


Le bitume,


Dans les sons,


Dans la lumière,


Dans la pénombre,


Dans l’obscurité,


Se confondre avec des gens,


S’en extraire,


Les fuir,


Les retrouver


S’imprégner des odeurs,


S’arrêter,


Parfois,


À l’envi,


Marcher,


Ecouter,


Regarder,


S’isoler,


Péripler,


Pas à pas,


Y perdre son entendement,


Ou l’aiguiser,


Qui sait,


Errance,


Ne pas résister,


Se couler,


Dans un flux,


Ou plusieurs,


Dans le courant,


A contre-courant,


Oublier,


S’oublier,


Marcher,


Solitaire,


De concert,


Flânerie,


Frôler,


Se glisser,


S’immiscer,


Trouver les failles,


Les aspérités,


Le lisse,


Le rugueux,


La foule,


Le silence,


Le chaos,


Ou un semblant de chaos,


Le vide,


Le plein,


L’entre-deux,


Le vu,

L’invu,

Avancement,


Etre stoppé,


Découvrir l’obstacle,


Trouver l’allure,


Ou non,


Emmener,


Sur ses traces,


Dans l’éphémère,


Faire durer,


Perdurer
,

Inviter,


Sans forcément savoir à quoi,


Se poser,


Se laisser submerger,


Envahir,


Déborder,


Céder,


S’aider,


Ne pas calculer,


Sensations,


Ne pas préméditer,


Frissons,


Ne rien lâcher,


Ou lâcher prise,


Eprouver,


le végétal,


Le minéral,

l’humain,


la pluie,


le vent,


L’inconscience,


Aller vers la musique,


Le brouhaha,


Le tintamarre,


Le chuchotement,


Le non entendre,


Laisser venir,

Ou s’en éloigner,


Echanger,


Un regard,


Un sourire,


Une complicité fragile,


Une incompréhension latente,


Une parcelle d’invisible,


Marcher,


Aller vers,


Aller contre,


Aller avec,


Aller sans,


Aller,

Encore
Souvenirs,


Ou paysage ouvert à l’incertitude,


Association,


Ou rupture,


Perdre ses repères,


En trouver d’autres,


Peut-être,


Avancer,


Point de chute,


Détours,


Impasses,


Passages,


Reliefs,


Platitudes,


Accentuations,


Rondeurs,


Affadissements,

Traversées,


Un semblant d’initiatique,


Une terne réalité,


Des pans de rêves cités,


Les mots s’étirent,


L’esprit se noie,


Top de sensations sauvages,

Ou pas assez,


Zig-Zag,


Chemins de traverse,

Au coin de la rue,


Au pied de l’escalier,


A la porte de je ne sais où,


De ruelles en collines, 


Se régénérer,


Se défiler,

Filer,


Transcender,


Dans la marche,

erratique,

ou écrite

Ou à venir…

98cf37dec8b4450f6698b189da3943f6

PAS – PARCOURS AUDIO SENSIBLE NOCTURNE

PAS – Parcours Audio Sensible nocturne, Festival Les Temps d’Art est levé, Saint-Martin-en-Haut (69)

dsc00114

Participation à un festival-rencontres autour d’une formation culturelle « Métiers des Arts et de la Culture », ou plutôt de sa dissolution, dans un centre de vacances rural, sur les monts du Lyonnais. Deux heures de promenade entre chiens et loups, et en nocturne, pour un groupe d’une vingtaine de personnes. Le cadre est champêtre, magnifique, avec un grand étang entouré de forêts. Je travaille avec Nathalie Bou, une plasticienne, scénographe, car les balades sonores proposées ici seront accompagnées d’une installation environnementale destinée à nous mettre l’oreille en condition. L’installation est libre d’accès, les deux balades nocturnes quand à elles sont accompagnées.

L’installation, scénographie d’écoute, est délimitée par une petite prairie en pente très douce, ceinte d’un côté par un ruisseau et une rangée d’arbres, et de l’autre par un bois assez abrupt. Ce petit espace en forme de clairière-amphithéâtre de verdure naturel, s’achevant sur l’extrémité d’un étang, se prête parfaitement à la mise en scène des jeux d’écoute.

Des nattes de différentes couleurs ont été posées à même le sol, tournées vers l’étang, pour inciter le promeneur à s’allonger et à écouter.

Des objets, trompes et longues-ouïes, stéthoscopes trafiqués sont posés ça et là pour ausculter les sons environnants tout à loisir.

Tout autour de la clairière, des mobiles de céramiques, d’onyx et d’écailles tintent délicatement, dans un pointillisme sonore délimitant de fugitives frontières auriculaires.

Des écrits, aphorismes autour de l’écoute sont disséminés sur la prairie, sur des plaques translucides et multicolores.

Tout autour du plan, d’eau, six cadres d’écoute, simples cadres de bois, invitent le promeneur à viser avec ses yeux et ses oreilles, un endroit précis.

Sur une table de pierre, sont posées de petites sculptures en grillage, des boules tintinnabulantes, des boîtes à musique, des stéthoscopes, et autres objets pour explorer le monde des micro-sons.

C’est de cette clairière que partiront, nuit tombante, deux promenades écoute, sur deux soirs consécutifs, avec des circuits identiques.

Ces promenades nous feront progressivement quitter le monde festif du festival, où voix et musiques tissent un bruit de fond assez dense, pour gagner progressivement les hauteurs d’un village. Lentement, l’ambiance sonore s’amenuise, jusqu’à ne laisser place à nos seuls bruits de pas, chuchotements et bruissements dans des fourrées de quelques nocturnes dérangés par notre approche. En même temps que les sons se font plus ténus, la lumière a elle aussi considérablement diminué, jusqu’à la presque obscurité de la forêt environnante. Cet atténuation progressive des ambiances lumineuses et sonores aiguisent notre perception de l’environnement. Chaque points lumineux ou micro-bruit prend une place importante, le silence s’est naturellement imposé dans le groupe, la nuit et ses sons mystérieux, parfois inquiétants emmènent notre écoute dans des territoires d’ordinaire assez peu fréquentés, à la fois bien réels et oniriques.

Après une montée sur un chemin entouré de bois assez touffus, qui nous enferment dans une sorte de vase clos végétal, nous débouchons subitement sur une immense prairie, ample balme de verdure aux courbes douces, que viennent terminer au loin d’assez hautes collines boisées. C’est un immense amphithéâtre verdoyant, qui donne tout à coup à nos oreilles un grand « bol d’air », une sensation de respiration profonde et paisible au sortir de la forêt. On sent physiquement l’espace plus aéré, l’air moins pesant, et une pression acoustique tangible et allégée. Au niveau sonore, nous avons droit à un incroyable concert de grillons et sauterelles stimulés par la chaleur que le sol a emmagasiné durant la journée, pour nous distiller une délicate sérénade nocturne. On s’allonge dans l’herbe et l’on écoute, un bonne de quinzaine de minutes, en silence, cet incroyable pointillisme qui anime l’espace de part en part. Instant de quiétude absolument magique, loin de tout !Quelques sons de bovins et de chiens venant d’une ferme assez lointaine émergent, les sons portant sur de grandes distances dans cette tolopogie réverbérante, alors que le vrombissement grave d’un avion se fait entendre en contre-point, sans aucunement déranger, paradoxalement, cette symphonie rustique. Nous somme quelque part très loin de la fête que nous avons laissé quelques centaines de mètres en contrebas, et que nous n’entendons plus du tout, protégés par cette cuvette enceinte naturelle qui amplifie les micros bruits, en nous isolant quasiment du reste du monde. Un sentiment d’être sur une planète, à part, dans un immense théâtre de verdure nocturne et bruissonnant, conçu rien que pour nous.

La redescente vers le village s’effectue avec l’effet crescendo inverse, de quitter progressivement un univers de calme pour revenir à le fête, ses voix et musiques. Mais pour autant, la transition n’est pas désagréable,nos oreilles étant maintenant un peu plus affinées, réceptives à ces transitions sonores, à ces musiques des lieux tellement signées qu’on les eut crues fabriquées pour la circonstance. Et pourtant… Notre écoute a bel et bien construit de toute pièce, une musique bucolique, harmonie des lieux, une douce symbiose au sein de notre communauté éphémère d’écoutants qui auront vécu l’espace d’un instant/balade, l’unique version de ce concert sonifié d’un soir d’été.

88755862_o

DE L’AIR ENTRE LES DEUX OREILLES

De l’air !

15-09-05-Balade_en_Ardoinais-Anja019@Anja – Vitry/Seine

Mes oreilles ont besoin d’air, d’espace, de diversité, de vie !
Envie de les frotter à la place du marché, aux quais de longs fleuves intranquilles, aux terrasses les plus élevées d’un immeuble, ou à celles d’un café, façon Pérec, aux ruelles étroites, aux gares saturées de transit, aux ports et à l’appel au large, aux aéroports interminablement froids, aux dérives infra urbaines, façon Debord, aux dédales des parkings souterrains, aux résonances des forêts et aux miroirs des lacs, aux grands boulevards et aux passages couverts, aux friches industrielles et aux ruines monumentales, ou plus modestes, aux sentiers de montagne et aux bancs publics, aux escaliers et aux parvis surplombant la ville, aux campagnes vallonnées, aux villes tentaculaires, aux jardins endormis ou bruissonnants, aux sources pétillantes, à la pluie finissante, aux nuits feutrées, aux nuits enfiévrées, aux voix entremêlées, aux voix du monde brassé, aux musiques de rue, aux ressacs obstinés, aux foules fourmis, aux grottes et autres cavernes, aux galeries marchandes, aux usines tonitruantes, aux fenêtres ouvertes sur la rue, sur l’arrière-cour, sur la prairie, aux combes et aux reculées, aux tunnels et aux chemins couverts, aux crissements de la neige gelée, aux bords de mer sereins, aux fêtes populaires endiablées… de nuit comme de jour, immobile ou en marchant, j’ai besoin des sons vivants !